vendredi 30 décembre 2016

Allez savoir pourquoi ?

... cet après-midi j'ai eu ce moment de plénitude...

... si rempli de gratitude.

Il faut dire qu'aujourd'hui par chez moi c'est grand brouillard. Le thermomètre n'a pas décollé des - 1°. C'est dire qu'il fait gris. Les arbres sont recouverts de givres;

Il faut dire qu'aujourd'hui je suis allée voir ma Maman et qu'elle était assez bien (par rapport à hier d'après ce que m'a raconté ma soeur).

Il faut dire que ce brouillard persistant et givrant, nous a fait renoncer ma soeur et moi, à une sortie prévue à 40' de voiture d'ici pour voir un spectacle de projection sur une abbaye. Et que ma foi nous étions toutes les deux contentes que nous ayons fait le même choix de ne pas y aller.

Il faut dire que quand je suis rentrée à la maison, au chaud, que j'ai allumé un feu dans la cheminée, que j'ai goûté au bonheur simple d'être au chaud, dans un endroit où je suis bien, sachant que ma Maman aujourd'hui est assez bien.. 

Il faut dire que tout cela m'a rempli d'une joie douce  et de gratitude.


vendredi 23 décembre 2016

Cette année

... ce ne sera pas pareil.... car

Les nantis comme moi, ceux qui ont un travail, ne vont pas bénéficier d'un ou deux jours fériés. Le calendrier en a décidé autrement.

Pour la cinquième année consécutive, je ne serai pas amoureusement accompagnée.

Complètement végétarienne depuis le 15 juillet.. que vais-je trouver  à mettre dans mon assiette demain, chez mon frère ?

Nous serons 19 à table. Nous aurions pu être 20... Pour la première fois, un Noël sans ma Maman.  J'irai dimanche après-midi lui tenir compagnie. Se rend-elle compte que c'est Noël ? Certainement. C'est elle qui a fait le sapin de Noël installé dans le hall du service hospitalier où elle est depuis presque deux mois. Sait-elle que c'est là maintenant, demain ? De cela j'en suis moins certaine.

Cette année ce ne sera pas pareil




mercredi 21 décembre 2016

Petite satisfaction personnelle

Je prends soin de mes collègues et dès que je peux je complimente, aussi bien sur l'aspect professionnel que sur un joli pull, une nouvelle coiffure... En retour je reçois des grands sourires heureux. 

Je "félicite" ma Direction pour un marché gagné. J'envoie des petits mails de "soutien" à ma Direction quant je sais qu'il y a une opération importante (oui je peux faire ça - nous ne sommes pas une multinationale - tout le monde se tutoie - c'est ça les boîtes de com')

Par contre, moi, des compliments je n'en reçois pas beaucoup.

Alors ce matin quand l'assureur de l'entreprise m'a dit que le tableau comparatif que j'avais fait était vraiment bien et qu'il envisageait de le communiquer à ses salariés afin qu'ils reprennent le modèle... Et bien vous savez quoi ? J'étais contente. 
Ce n'était pas un travail facile - surtout quant on n'y connait rien au monde de l'assurance - et qui m'a pris toute une journée en cette période où je croule sous le travail.



lundi 19 décembre 2016

Un moment de grand bonheur

Inspirée..

Par une toute nouvelle amie qui a, cet automne, emmené son fils de 17 ans faire la connaissance de son père (qui ne l'a jamais reconnu)... qui a fait signe au crépuscule de sa vie et qui est décédé depuis.

Par ma belle-soeur et sa très jolie cérémonie de démariage où ses trois enfants étaient présents.

Poussée par ma fille qui m'a fait part de sa souffrance de ne pas pouvoir voir ses deux parents ensemble en dehors d'événements "dramatiques" (hospitalisation - obsèques).

Alors fin  novembre j'ai pris mon téléphone, j'ai envoyé un texto à mon ex-mari lui demandant s'il était d'accord pour un repas à partager avec nos deux enfants.

C'était samedi midi, dans la grande ville du département d'à côté. Dans un petit resto sympathique.
C'était détendu. C'était presque naturel.

Un moment de grand bonheur, de grande émotion pour ma fille.

Mon fils n'a pas voulu venir. C'est mon seul regret.

Il y aura d'autres moments...  C'est important...Le temps de l'animosité, de la rancoeur est terminé .

mercredi 14 décembre 2016

HIbernation

Ce n'est pas que je n'ai pas envie d'écrire
Ce matin encore
Dans l'auto
Les mots fusaient dans ma tête.

Mais des mots gris,
Des mots gémissants
Tournés autour de ma personne

Et ailleurs,
Ailleurs
Il y a tellement pire
Cela serait pour moi indécent
De me "plaindre"
Quand ailleurs...

Alors  je retiens mes doigts sur le clavier
Et le temps passe
Et je n'ai plus envie de partager
D'être lue
D'être réconfortée par un p'tit commentaire


J'hiberne

J'attends un joli élan
Une belle musique
Des perles de petits bonheurs
Des mots légers à broder

J'attends

Pendant ce temps là
Je ne me "connecte" pas
Du coup je ne viens pas vous lire

Mais je pense à vous tous qui faites partie de ma petite blogosphère intime, sincèrement.


mardi 6 décembre 2016

C'est dans l'air...

C'est dans l'air que j'ai trouvé mon bonheur ce matin.
Il faisait froid quand j'ai quitté la maison. Un matin d'hiver ordinaire.

Une demi-heure plus tard, sur le parking de l'entreprise, au jour naissant, entourée de nature, j'ai senti, j'ai ressenti, une atmosphère végétale douce, humide, vivifiante, presque joyeuse.
J'ai respiré, j'ai absorbé par toutes mes cellules cette merveille.
____

En mode sensitive, ce matin... Cela faisait longtemps..
Ouf, je suis toujours cela... et cela fait ma joie !



Photo ThAn ! 

Histoire de chaussure

C'était mercredi midi, dans la petite pièce où je déjeune avec mes collègues. Il n'y avait plus que T et moi. Il pleuvait. Et moi...